Virage chinois

publié le 9 août 2016 à 16:46 par Francis Caspar   [ mis à jour : 9 août 2016 à 16:47 ]
Quand apparaît une idée nouvelle, les Américains la transforment en business, les Chinois la copient et les Européens la réglementent. Cette boutade d'Emma Marcegaglia, l'ancienne patronne des patrons italiens, n'est pas si caricaturale. Les Américains restent bel et bien les champions de l'effervescence entrepreneuriale, comme le montre la vague des « micromultinationales » devenues des géants mondiaux en moins d'une décennie - Facebook, Airbnb ou Uber. Les Européens sont toujours les précurseurs de la réglementation - on le voit aujourd'hui avec Google comme hier avec Microsoft. Et les Chinois, eux, ont bâti leurs décennies de croissance débridée sur une stratégie d'imitation, comme l'avait fait le Japon et les dragons d'Asie pendant les années 1970 ou la France durant ses Trente Glorieuses. Les industriels occidentaux sont intarissables sur les mille et une contrefaçons dont ils ont été victimes dans l'empire du Milieu. Mais les Chinois changent. 
Comments